Journal de Kafka (VII,6)

22  II  14     Malgré ma tête qui n’a pas assez dormi (hier peintre Dittrich, cheveux blancs, yeux noirs) presque douloureuse en haut à gauche à force d’inquiétude, peut-être suis-je quand même encore capable d’élaborer calmement un ensemble plus vaste, dans lequel je pourrais tout oublier et ne devenir conscient que de ce qu’il yLire la suite « Journal de Kafka (VII,6) »

Journal de Kafka (VII,4)

16.  II  14   Journée inutile. La seule joie que j’ai eue a été l’espoir justifié par la nuit d’hier d’un meilleur sommeil. Après avoir écrit jusqu’au 28 mars 1913 dans ce qu’on appelle le septième carnet, Kafka passe à un autre carnet (dit huitième carnet). Il reprend ce septième carnet à partir de cetteLire la suite « Journal de Kafka (VII,4) »

Journal de Kafka (VII,3)

En voyage d’affaires, Ernst Liman arriva à Constantinople un matin d’automne pluvieux et, comme à son habitude – c’était bien déjà la dixième fois qu’il faisait ce voyage –, sans se soucier de quoi que ce soit d’autre, il alla en voiture, par des rues d’ailleurs désertes, jusqu’à l’hôtel où il avait coutume de loger,Lire la suite « Journal de Kafka (VII,3) »

Journal de Kafka (VII,2)

12.  II     En décrivant l’ami à l’étranger, j’ai beaucoup pensé à Steuer. Quand je l’ai rencontré par hasard environ trois mois après cette histoire, il m’a raconté qu’il s’était fiancé environ trois mois auparavant. Après ma lecture de l’histoire chez Weltsch hier, le vieux Weltsch est sorti un petit moment, et une fois revenu ilLire la suite « Journal de Kafka (VII,2) »

Journal de Kafka (VII,1)

I I.  II 13    À l’occasion de la correction du « Verdict », je note toutes les associations que j’ai décelées dans l’histoire, pour autant que je les ai présentes à l’esprit. Cela est nécessaire car l’histoire est sortie de moi comme une véritable naissance couverte de saletés et de mucus, et je suis le seul àLire la suite « Journal de Kafka (VII,1) »